logo
ASSOCIATION DES DIRECTEURS DE BIBLIOTHEQUES DEPARTEMENTALES DE PRET Dernier ajout – 17 juillet 2015.
Accueil du site > Journées d’étude > Les journées d’étude annuelles > Journées d’étude 2004 : Territoires de lecture, lecture des territoires > Comptes rendus des ateliers > Atelier 2 : La BDP et son réseau coopératif.Le réseau de la BDP du (...)

Atelier 2 : La BDP et son réseau coopératif.Le réseau de la BDP du Maine-et-Loire

Présenté par Bruno Dartiguenave, Directeur de la BDP du Maine-et-Loire
Rapporteur : Jacky Besnier

publié le mercredi 30 novembre 2005

sdf
impression

Le Maine-et-Loire est un département de 757 000 habitants, dont 466 000 entrent dans le domaine de la BDP. Le département connaît un déséquilibre important entre un Ouest très peuplé et un Est peu peuplé et même démuni économiquement. Il existe aujourd’hui 40 communautés de communes dans ce département, dont 23 ont pris la compétence culturelle. Ce département, enfin, est en avance sur la question de la coopération intercommunale, puisque dès les années 70, les pays avaient été créés avec des conventions d’animation et de développement culturel.

Le réseau de la BDP comprend 260 lieux de lecture dont seulement 33% sont constitués de bibliothèques qui participent aux réseaux intercommunaux coopératifs. Ces 87 bibliothèques sont regroupées en 12 réseaux. Ces réseaux sont hétérogènes puisqu’un réseau peut aller de 3 à 12 bibliothèques. Ces réseaux intercommunaux ont été mis en place dès 1993. Le département a donc déjà une assez longue expérience pour ce qui concerne les postes intercommunaux.

Particularité intéressante, ce département connaît un nombre considérable de bénévoles : 2500 bénévoles y sont recensés. Le Pays de Mauges connaît apparemment une tradition associative très forte, puisque certaines bibliothèques peuvent regrouper entre 40 et 60 bénévoles.

Ici aussi l’intercommunalité est en actes sans le savoir : elle repose plus sur un réseau de coopération que sur des créations de structures intercommunales fortes.

L’un des points important tient au refus d’un modèle. C’est l’écoute du terrain qui est privilégiée pour répondre au mieux aux attentes des équipes locales. Cette attitude a amené la BDP à faire preuve d’une grande souplesse dans les services qui sont proposés de façon originale à chacun des réseaux.

C’est la communauté de communes qui prend en charge le salaire du bibliothécaire intercommunal, conforté par une aide du Conseil général. C’est la seule charge de la communauté ; ensuite, chaque commune gère sa bibliothèque ses collections, son budget... et garde la charge de ses opérations d’investissement.

Les activités en commun sont nombreuses au sein des réseaux, avec un exemple intéressant d’atelier de reliure. Des rotations des collections de la BDP s’organisent au sein des réseaux. Un travail est également engagé sur le réseau informatique documentaire avec, aujourd’hui, le fonctionnement de quatre réseaux informatiques, certains fonctionnant en temps réel. Quatre autres réseaux de ce type sont actuellement en projet.

Une structure est particulièrement importante, même si elle reste informelle : il s’agit du comité de gestion . Chaque réseau est en effet piloté par un comité de gestion qui se réunit une fois par an. Ce comité est composé de membres de la BDP, des élus des communes, du bibliothécaire intercommunal et des équipes de bénévoles. L’amélioration de la relation existant entre tous ces acteurs depuis la mise en place de ces différents comités a été mise en avant.

Cette politique ne débouche pas sur la création d’équipements importants de structuration du territoire, mais se traduit par une grande souplesse dans l’offre de service de la BDP à chacun des différents réseaux.



Commentez cet article


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Informations éditeur | Espace privé | SPIP