sdf Atelier 3.1 : Les territoires urbains et périurbains. La Communauté de communes de l'agglomération de Montélimar " SESAME " - ADBDP
logo
ASSOCIATION DES DIRECTEURS DE BIBLIOTHEQUES DEPARTEMENTALES DE PRET Dernier ajout – 17 juillet 2015.
Accueil du site > Journées d’étude > Les journées d’étude annuelles > Journées d’étude 2004 : Territoires de lecture, lecture des territoires > Comptes rendus des ateliers > Atelier 3.1 : Les territoires urbains et périurbains. La Communauté de (...)

Atelier 3.1 : Les territoires urbains et périurbains. La Communauté de communes de l’agglomération de Montélimar " SESAME "

Présenté par par Joëlle Pinard, directrice de la BDP de la Drôme
Rapporteur : Daniel Le Goff

publié le mercredi 30 novembre 2005

impression

Le paysage de l’intercommunalité

La communauté de communes du SESAME comprend 13 communes. Montélimar en est la commune centre, forte de 30 000 habitants. Les 12 autres communes se tiennent toutes dans un rayon de 12 km et totalisent environ 11 000 habitants. Cette communauté est financée par la taxe professionnelle unique. Elle a pris comme compétence optionnelle sport et culture. Au sein de cette compétence, seule la médiathèque de Montélimar et l’école de musique ont été transférées au niveau communautaire.

La médiathèque de Montélimar est un équipement de 2400 m2, avec 30 heures d’ouverture hebdomadaires, et 19,7 postes équivalents plein-temps. Elle offre environ 5 documents par habitant et gère un budget d’acquisition de l’ordre de 3 euros par habitant.

Six des 12 autres communes possèdent des bibliothèques incluses dans le réseau de la BDP de la Drôme. 47 bénévoles les font fonctionner. On ne compte aucun salarié dans ces bibliothèques.

Le transfert de compétence doit se faire en janvier 2005, avec un transfert de la médiathèque de Montélimar qui concerne aussi bien le bâti que les personnels. Les six bibliothèques communales, elles, ne seront pas transférées dans l’intercommunalité.

Objectifs de l’opération

Deux objectifs président à cette opération :

  • un réaménagement de la médiathèque afin de gagner des espaces à offrir au public et de réorganiser les services internes.
  • insérer à terme la médiathèque de Montélimar dans le réseau des points d’appui de la médiathèque départementale dont la desserte sur ce secteur n’est pas satisfaisant.

Démarrage et premières mutualisations

Les premières actions envisagées concernent d’abord :

  • une réflexion sur les tarifs avec, en perspective, un tarif unique pour les habitants de la communauté.
  • la mise en place d’animations à partir de la médiathèque vers les communes de la SESAME,
  • le réaménagement des locaux de la médiathèque,
  • une augmentation du budget d’acquisition en rapport avec l’accroissement du bassin de population à desservir,
  • un accueil de l’ensemble des classes de CM2 de l’ensemble des communes de la SESAME, la communauté prenant en charge le transport,
  • un prêt, à partir de la médiathèque de Montélimar, aux écoles du SESAME.

Des difficultés potentielles ont été identifiées :

  • la faiblesse du projet politique intercommunal concernant la lecture publique ;
  • la nécessité, pas toujours facile, de très bien définir les missions et les compétences respectives de chacun sur le territoire ;
  • l’équilibre délicat à trouver entre les besoins urbains de la ville centre et les besoins ruraux... Une réflexion est en cours sur la nécessité de créer une annexe dans un quartier. Une autre concerne l’éventualité d’ouvrir des bibliothèques dans les communes qui n’en possèdent pas.
  • une difficulté notable concerne la crainte, exprimée par les bénévoles des petites communes, d’être écrasés par l’arrivée de la médiathèque de Montélimar.

Il convient donc d’instaurer un rapport de confiance avec l’ensemble des équipes de bénévoles, de façon à ne pas fragiliser leur action toujours essentielles sur le terrain des petites communes.

Le projet s’articule en deux périodes. La première date importante est le 1er janvier 2005, avec le transfert de la médiathèque à la communauté ; la deuxième période concerne l’intégration de la médiathèque en point d’appui départemental.

Insertion dans le réseau des points d’appui départementaux

Ce point a été expliqué par les collègues de la BDP de la Drôme. Il convient de savoir que dans ce département, la BDP fonctionne de façon très décentralisée puisque le territoire est couvert par 7 médiathèques départementales, jouant à la fois le rôle de soutien au sein de bassins de vie particuliers et celui de bibliothèques municipales ouvertes au public.
A ces 7 médiathèques départementales s’ajoutent 2 médiathèques communautaires qui sont des points d’appui départementaux. Le projet est donc que la médiathèque intercommunale du SESAME rejoigne cette organisation territoriale de la BDP de la Drôme, pour le bassin qui la concerne. La date échéance de la décision des élus sur cette question est fixée à juillet 2005.

La répartition des compétences des différents acteurs s’effectuerait ainsi :

  • La médiathèque intercommunale gère l’ensemble des bibliothèques pour mener une politique de lecture publique homogène. Elle offre les mêmes services que la BDP aujourd’hui, c’est-à-dire la desserte en documents trois fois par an, l’accueil des bénévoles, navettes de réservations, animations, expositions, gestion des budgets de fonctionnement et d’investissement.
  • s bibliothèques communales continuent d’assurer le fonctionnement de base du service local, en s’inscrivant dans le cadre d’une carte unique et de l’informatisation en réseau.
  • BDP de la Drôme arrête la desserte de la zone en documents et transfert cette fonction à la médiathèque intercommunale. C’est elle cependant qui fournit les collections nécessaires au démarrage d’un fonds de vidéo.
    Elle garde les fonctions de conseil, d’expertise et d’assistance technique auprès de l’intercommunalité, qu’il s’agisse de la création de petites bibliothèques ou d’annexes. Elle assure la formation des bénévoles, le soutien aux animations, la participation aux réunions de concertation.
    BDP engage en outre une démarche de formation des personnels de la médiathèque de Montélimar à ce qu’on pourrait appeler la culture BDP : Il y a en effet nécessité à ce que les personnels municipaux prennent, petit à petit, conscience de la réalité du terrain départemental.

En conclusion

Cette intercommunalité semble bien partie, dans la mesure où, travaillant avec la BDP de la Drôme qui, depuis 20 ans s’est décentralisée sur la base de coopérations locales, elle bénéficie d’un environnement et d’une expérience positifs qui permettent aux élus et aux techniciens de Montélimar de se cadrer.

On pourrait dire que, dans la Drôme, les lois de décentralisation rattrapent 20 ans d’expérimentation pragmatique de terrain.



Commentez cet article


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Informations éditeur | Espace privé | SPIP