sdf Les missions des Fachstellen - ADBDP
logo
ASSOCIATION DES DIRECTEURS DE BIBLIOTHEQUES DEPARTEMENTALES DE PRET Dernier ajout – 17 juillet 2015.
Accueil du site > Journées d’étude > Les journées d’étude annuelles > Journée d’études 2001 : Les missions des bibliothèques départementales > Exemples et défis > Les missions des Fachstellen

Les missions des Fachstellen

Konrad Heyde Directeur de la Staatliche Fachstelle für das öffentliche Bibliothekswesen de Fribourg-en-Brisgau (Bade-Wurtemberg)
traduit de l’allemand par Suzanne Rousselot, Médiathèque départementale du Haut-Rhin

publié le lundi 15 août 2005

impression

1. Les Fachstellen

Il y a 32 Fachstellen en Allemagne, dont 4 en Bade-Wurtemberg. Les Fachstellen sont des établissements relevant des Länder . Les 4 Fachstellen du Bade-Wurtemberg relèvent donc du Land (État) de Bade-Wurtemberg . Le Land de Bade-Wurtemberg comprend 4 circonscriptions administratives, appelées Regierungsbezirke (arrondissements). Chaque Fachstelle est compétente pour l’un de ces arrondissements.

L’arrondissement de Freiburg est de par sa population un petit arrondissement : Il comprend 9 Landkreise (correspondant grosso-modo aux cantons français) avec 302 communes et 2 millions d’habitants. Les communes les plus importantes sont Freiburg, Constance, Villingen-Schweningen, Offenburg et Lörrach. L’arrondissement de Freiburg compte 95 communes, qui font fonctionner 136 bibliothèques de lecture publique.

2. Les missions des Fachstellen

Les Fachstellen se définissent en raccourci comme des établissements de conseil et de service pour les bibliothèques publiques. Mais cette définition ne concerne que les moyens, et ne dit rien sur les missions.

Dans le Land de Bade-Wurtemberg, une loi datant de 1975 précise les missions des Fachstellen . Cette loi dit que les " staatliche Fachstellen für das öffentliche Bibliothekswesen "(centrales techniques d’État pour les bibliothèques publiques) conseillent et soutiennent les tutelles des bibliothèques publiques pour la création de bibliothèques conformes à des normes et pour le développement de systèmes de bibliothèques performants ".

Par conséquent, les Fachstellen ont clairement pour mission de créer et de développer des bibliothèques, quant au conseil et aux services ce sont les moyens grâce auxquels cette mission doit être remplie. Cela signifie que par rapport à toutes leurs actions, les Fachstellen doivent se demander si celles-ci servent bien le développement des bibliothèques. Comme leur aide est de fait une aide à s’aider soi-même , les actions de la Fachstelle sont limitées dans le temps. Développement signifie progrès (dans le sens optimiste du 19e siècle), donc vaincre le sous-développement, et atteindre des normes reconnues. Le travail des Fachstellen consisterait donc à se rendre peu à peu inutiles et à préparer leur propre disparition. Mais développement signifie aussi participation active au changement permanent dans le domaine des bibliothèques, par exemple par une remise en cause des normes, mais avant tout par la transmission de ces changements aux bibliothèques relevant géographiquement de la Fachstelle, afin qu’elles ne deviennent pas obsolètes, parce -qu’isolées . Ce processus constant sous-entend que les Fachstellen sont des établissements nécessaires dans la durée.

3. Préservation des Fachstellen

Bien que le développement des bibliothèques en tant que mission des Fachstellen soit clairement défini, du moins dans le Land de Bade-Wurtemberg, le débat sur la nature des Fachstellen , organismes de services, ou organismes de promotion du développement, reste vif entre les bibliothécaires affectés à ces Fachstellen . Dans les Fachstellen où l’on privilégie le service, on se fonde sur les besoins des bibliothèques, telles qu’elles sont aujourd’hui. Dans les Fachstellen où l’on privilégie le développement, on part du principe que les bibliothèques ne sont pas encore ce qu’elles devraient être, et on ne répond à leurs besoins en services et en conseils, que si cette réponse a un réel impact sur leur développement.

Chacune des directions prises se prévaut d’être la bonne pour préserver l’existence des Fachstellen. En effet, ces dernières sont toujours menacées de réductions budgétaires, de suppressions de postes, et de fermeture. En période de difficultés budgétaires, il est courant de prétendre que les bibliothèques publiques ont atteint un niveau suffisant, et que le travail des Fachstellen est devenu superflu. Les Fachstellen adeptes du service aux bibliothèques, affirment que les communes ont intérêt au maintien des Fachstellen et qu’elles seraient prêtes à défendre leur existence : les communes se feraient donc les porte-parole des Fachstellen.

En Bade-Wurtemberg, l’expérience prouve le contraire. Lorsqu’au cours des années 90, les Fachstellen furent auditées dans le but de réaliser des économies, l’analyse a porté sur les services et notamment sur la possibilité de transférer ces services à des entreprises, des ingénieurs, des architectes. Les Fachstellen ont pu prouver que leurs activités étaient exclusivement orientées vers le développement et l’amélioration des bibliothèques, et qu’il n’était pas raisonnable d’en détacher des parties à confier à des entreprises.

La conséquence fut que les Fachstellen furent exemptées des suppressions de personnel généralisées dans l’administration du Bade-Wurtemberg. Il est vrai que cette mesure fut compensée par l’octroi de missions nouvelles dans le domaine de la promotion de la littérature et de la lecture (organisation de festivals de littérature, gestion de musées littéraires, activités dans le domaine de l’illettrisme), qui représentent aujourd’hui 20% de l’activité des Fachstellen. Comme ces missions sont intéressantes et variées et comme elles ne sont pas très éloignées des bibliothèques, elles ont été bien acceptées par les Fachstellen, dont elles contribuent à préserver l’existence et le personnel.

4. Le contexte extérieur

En Allemagne, la compétence culturelle et éducative, qui inclut les bibliothèques , est exercée par les états (Länder) .Les Länder ont transféré la mission de faire fonctionner des bibliothèques de lecture publique aux communes , en tant que mission non obligatoire. Les communes peuvent donc faire fonctionner des bibliothèques ou pas, et si elles le font, il relève de leur bon vouloir de remplir cette mission plus ou moins bien.

Le Land de Bade-Wurtemberg intervient en faveur des bibliothèques publiques de la manière suivante : il entretient 4 Fachstellen (1,4 M d’euros par an ), il règle forfaitairement les droits de prêt pour les bibliothèques du Land (1,3 M d’euros), et tente de créer un climat favorable à la littérature, aux nouveaux medias et aux bibliothèques en organisant des festivals, des prix littéraires, des concours, des congrès . Ainsi le Land organise " le jour de Frédéric " [1], un festival de littérature pour la jeunesse le 20 octobre de chaque année, qui a donné lieu cette année à l’organisation de 2000 manifestations différentes, dont 1000 dans des bibliothèques publiques. Tous les 2 ans , le Land organise les journées des bibliothèques , qui pendant une semaine mettent les bibliothèques à l’honneur dans une ville grâce à de multiples manifestations.

Et en ce moment, l’organisation de l’été littéraire du Bade-Wurtemberg est en cours : cette manifestation aura lieu de mai à juillet 2002 et sera ensuite programmée tous les 2 ans. Il va de soi que les Fachstellen sont impliquées fortement dans la préparation et l’organisation de toutes ces manifestations.

Mais c’est là tout ce que fait le Land pour les bibliothèques communales. Il n’y a pas de subventions possibles pour la réalisation, l’aménagement, les acquisitions de documents ou le personnel. En raison de cette abstinence financière, le Land se garde de promulguer de quelconques exigences ,voire des recommandations pour la réalisation de bibliothèques communales. C’est aussi pourquoi les communes ne sont pas tenues de faire appel aux Fachstellen pour la programmation et la création de bibliothèques. Si elles le font néanmoins, c’est parce- que les Fachstellen se font connaître des communes largement en amont de ces projets.

5. Les moyens de la Fachstelle de Freiburg

La Fachstelle de Freiburg dispose de 9 postes, dont 5 postes de bibliothécaires, 2 postes administratifs et 2 postes d’employés de bibliothèque. Les bibliothécaires ont tous étudié à l’école de bibliothécaires de Stuttgart (appelée aujourd’hui " école supérieure des médias "), et réussi l’examen pour le service aux bibliothèques publiques. Tous ont une expérience de plusieurs années en bibliothèque publique ou en Fachstellen.

Les bibliothécaires ont la responsabilité d’un secteur géographique , c’est à dire qu’ils sont les conseillers techniques dans des Landkreise définis ; ils ont aussi des compétences thématiques dans des domaines requérant une expertise, ce qui signifie des connaissances approfondies et la capacité à suivre les évolutions régulières de ces domaines afin de les rendre utilisables par la Fachstelle. Parmi ces domaines, citons : offres de formation pour les personnels des bibliothèques et les membres des administrations communales, construction et aménagement de bibliothèques, bibliothèques scolaires, évaluation des bibliothèques, conseil aux communes pour l’informatique et les NTIC, administration du système informatique de la Fachstelle, mise à jour du site internet , offres d’animation pour les bibliothèques, publications de la Fachstelle.

La Fachstelle est logée dans 500 ;m2 d’un local loué. Elle dispose de bureaux et d’une salle de 100 m2. Le système informatique de la Fachstelle est un réseau composé d’un serveur et de 10 postes -clients, d’imprimantes, de scanners, et d’accès internet . Le réseau informatique est un poste budgétaire important, son adaptation régulière aux nouveautés électroniques est fondamental. Ce n’est que par l’utilisation régulière de l’informatique que le personnel entretient ses compétences et est en mesure de conseiller les bibliothèques et les administrations communales dans ces domaines.

6. Activités de développement

Qui veut développer, doit se rapprocher de celui qui doit être développé et lui faire mal ; en effet, il doit lui faire comprendre qu’il n’est pas encore ce qu’il devrait être. Néanmoins, ce rapprochement et cette douleur infligée ne doivent pas être trop brutaux. En effet, lorsqu’une Fachstelle est responsable d’un secteur géographique, elle aura régulièrement affaire , à des moments différents, aux mêmes communes et aux mêmes bibliothèques : il faut donc faire en sorte que de nouvelles prises de contact soient possibles plus tard. L’argumentation en faveur du développement doit être conduite avec doigté. Celui qui travaille depuis longtemps dans une bibliothèque a tendance à considérer son développement dans une perspective historique : il compare l’avant et l’après, les évolutions sur une échelle de temps donné lui apparaissent importantes. De son point de vue, l’évolution de la bibliothèque est vue de façon positive et satisfaisante.

Le point de vue de la Fachstelle n’est pas historique , mais structurel. Elle ne compare pas l’avant et l’après d’une bibliothèque particulière, mais l’état de développement actuel des bibliothèques.

Le progrès est l’œuvre d’insatisfaits. Comme le progrès tend à devenir la tradition, donc à diminuer, il est essentiel pour le travail de la Fachstelle qu’elle reste insatisfaite. Cela est possible grâce au flux permanent d’informations concernant l’évolution des bibliothèques qui arrive à la Fachstelle, et au débat tout aussi permanent autour de ces informations au sein de la Fachstelle. C’est pourquoi les voyages d’information, en particulier à l’étranger, la consommation de littérature professionnelle, et la participation à des cercles de réflexion régionaux et supra- régionaux sont particulièrement importants pour le personnel de la Fachstelle. A l’inverse, la Fachstelle s’efforce de porter à la connaissance des professionnels des bibliothèques les informations émanant de son domaine de compétence géographique, et ce sous forme de publications, d’exposés lors de formations permanentes régionales ou supra- régionales, et d’impulser ainsi des améliorations dans les autres bibliothèques.

Par ailleurs, nous savons par expérience que des arguments et des manières d’argumenter qui ont pu être efficaces une fois, ne peuvent pas être repris une autre fois. Si on tente de reproduire, on se rend compte que les arguments et les manières d’argumenter utilisés une fois avec succès, sont émoussés, et ne peuvent plus être utilisés avec la même conviction . Ceci entraîne pour la Fachstelle la nécessité d’être toujours à la recherche de nouveaux arguments, de nouveaux points de vue, de nouvelles manières de présenter, de nouveaux mots et de nouvelles formulations pour sauvegarder la fraîcheur de l’argumentation. Le débat permanent à la Fachstelle porte aussi sur ces aspects.

7. Contacts avec les maires

Il est important que les Fachstellen, grâce à une information ciblée, systématique et si possible directe, veillent à ce que la thématique des bibliothèques soit d’actualité et reste d’actualité dans la tête des responsables communaux. Comme les communes n’ont aucune obligation de consulter la Fachstelle, il est nécessaire que celle-ci soit active, qu’elle prenne et garde le contact avec les communes, le maire étant le correspondant le plus important. Les premiers contacts pris par les Fachstellen avec les maires permettent de faire connaissance, de présenter la Fachstelle, ses missions et ses objectifs ; ils permettent aussi d’aborder la situation des bibliothèques locales.

8. Services d’information

Ces contacts ne peuvent pas être repris sans raisons particulières. Mais pour garder les contacts, la Fachstelle envoie des publications dans des délais assez rapprochés : Fachstellen -Info (1-2 fois par an ), bibliothèques publiques en Bade-Wurtemberg (tous les 2 ans), Revues de presse et d’autres informations, déclarations de principes, statistiques etc. Ces documents sont réalisés en partie par la Fachstelle, ils sont aussi repris d’autres institutions. Toutes ces publications sont personnalisées et rendues importantes par l’accompagnement de courriers, afin qu’elles soient bien transmises aux maires, et non éliminées par le secrétariat. Le but est de faire en sorte que les maires reçoivent régulièrement des indications sur la situation des bibliothèques et des rappels de l’existence de la Fachstelle. L’objectif est d’amener la commune à faire appel à la Fachstelle en cas de projets pour la bibliothèque. C’est pourquoi toutes les publications de la Fachstelle sont calibrées du point de vue des contenus et de la forme en fonction des maires, qui sont les cibles principales de l’action de la Fachstelle.

Je vais illustrer le service d’informations de la Fachstelle à l’aide de 2 exemples .

Les revues de presse

Depuis 1986, la Fachstelle de Freiburg établit deux à trois revues de presse annuelles , qu’elle adresse aux maires et aux bibliothèques. Ces revues de presse contiennent un choix d’articles , dont la Fachstelle considère qu’ils peuvent intéresser les élus, en particulier les articles concernant des projets de construction, l’installation de bornes Internet, les créations de sociétés des amis, la création d’un premier poste de professionnel.

Bien entendu, la Fachstelle n’imagine pas que les élus vont lire les articles de journal, au mieux ils les survoleront : c’est pourquoi le libellé des titres est important. Mais nous savons que la plupart des élus prennent connaissance avec intérêt de ces revues de presse

Grâce à ces revues de presse, la Fachstelle atteint deux objectifs : Tout d’abord, elles permettent de rassembler tout ce qui se dit sur les bibliothèques, en général dans les pages locales et donc de façon épisodique, de manière à démontrer qu’il existe un nombre important d’articles sur les bibliothèques et qu’il s’y passe des choses intéressantes. Par ailleurs, nous démontrons ainsi aux bibliothécaires, qui nous adressent régulièrement des articles de presse, que nous en faisons un usage utile, ce qui augmente leur motivation pour un travail régulier avec la presse. Il est notoire que la couverture de presse concernant les bibliothèques dans le Regierungsbezirk de Freiburg s’est sensiblement améliorée, en qualité et en quantité, depuis que nous éditons nos revues de presse. Cette amélioration de la couverture de presse est un sous-objectif de notre objectif de développement des bibliothèques.

L’offre d’animations

Le deuxième exemple concerne le travail d’animation des bibliothèques. Les animations sont des formes particulières de mise à disposition des contenus des bibliothèques , et de ce fait sont partie intégrante des missions des bibliothèques.

Depuis 1988, la Fachstelle propose des animations , et cette offre s’intensifie d’année en année. En 2000, 200 animations ont été proposées. En fait, la Fachstelle propose, mais ce sont les bibliothèques qui paient les honoraires et les frais de déplacements . Bien entendu, cette offre d’animations est un service rendu aux bibliothèques, mais du point de vue de la Fachstelle, ce service contribue fortement au développement des bibliothèques.

Lorsque nous avons mis en place ce service en 1988, dans le Regierungsbezirk de Freiburg, 4 bibliothèques seulement organisaient régulièrement des animations pour un budget global de 25 000 DM (environ 90 000F). Aujourd’hui 64 bibliothèques organisent des animations régulières pour un budget global de 184 000 DM (soit 665 000 F ). Cela signifie qu’en 13 ans, l’animation est devenue une évidence pour la plupart des bibliothèques.

9. Construction de bibliothèques

La construction et l’aménagement de bibliothèques sont un point fort de l’activité de la Fachstelle. Lorsqu’une bibliothèque est en projet dans une commune, la Fachstelle est à l’affût afin d’être associée. En effet, un projet de construction ne représente pas seulement un pas dans le développement d’une bibliothèque, mais un saut en avant . Les coûts élevés de construction et d’aménagement représentent un investissement important pour une commune, ce qui justifie le fait que les autres facteurs contribuant au succès d’une bibliothèque soient aussi pris en compte. C’est l’occasion de créer un poste de professionnel, ou d’engager du personnel supplémentaire, d’équiper la bibliothèque avec un système informatique , d’augmenter le budget d’acquisition de documents. Comme un projet de construction de bibliothèque s’étale sur plusieurs années, de nombreuses occasions se présentent à la Fachstelle pour exercer son influence sur la conception et des points de détail, afin de rendre la bibliothèque aussi performante que possible.

Pour participer activement à un projet de construction, la Fachstelle doit avoir des compétences dans le domaine de la construction et de l’aménagement, mais aussi en architecture et design.

10. Centre d’information bibliothéconomique

Les Fachstellen sont des centres d’information bibliothéconomique, centres de ressources pour des informations complexes qui doivent permettre le développement des bibliothèques. J’ai parlé en détail de certains domaines particuliers, je me contenterai d’une énumération pour les autres :

  • élaboration de concepts de bibliothèque à l’échelle locale ou régionale,
  • aide à la décision pour les administrations communales et les élus,
  • propositions de voyages d’études pour élus et administratifs, participation à ces voyages pour attirer l’attention sur des aspects pas forcément visibles (par exemple le concept de bibliothèque qui a produit la bibliothèque visitée),
  • conseil aux administrations et aux élus pour l’équipement informatique et multimedia,
  • conseil pour les autres aspects de l’équipement (automates de prêt, systèmes anti-vol, systèmes de paiement),
  • activités de formation pour les bibliothécaires mais aussi les administratifs des communes ( par exemple sur le thème de la coopération avec d’autres partenaires),
  • organisation et animation de groupes de travail : journée annuelle d’études, rencontre annuelle par secteurs géographiques, gestion comparative des bibliothèques (limitée à 3ans), bibliothèques de grandes villes, bibliothèques scolaires,
  • établissement d’un rapport annuel et diffusion ciblée de ce rapport,
  • mise en réseau des bibliothèques : actuellement mise en réseau technologique (mise en réseau de catalogues électroniques de bibliothèques publiques, scolaires, spécialisées, archives, bibliothèques d’images etc. ) ; Cette mise en réseau technologique ouvre des pistes : carte de lecteur à l’échelle d’un secteur, prêt interbibliothèques),
  • services électroniques ; par exemple : offre de documents d’importance régionale (textes, images, informations locales à télécharger) ; complément de notices dans le catalogue électronique par des critiques et des champs de saisie libre, dans lesquels le public peut écrire des commentaires ; information automatisée sur les nouvelles acquisitions des bibliothèques en direction de personnes et d’institutions dont le profil a été défini préalablement.

La spécificité du travail d’information de la Fachstelle ne tient pas seulement à son intensité et à ses références locales et régionales, mais aussi au fait qu’elle lie différents domaines relevant de la bibliothéconomie. Les Fachstellen établissent des liens dans 2 domaines essentiellement :

  • Le premier, et cela n’a rien de remarquable, est la mise en réseau du domaine bibliothéconomique général avec les bibliothèques particulières du secteur géographique de compétence de la Fachstelle, le flux des informations allant dans les 2 sens
  • Le deuxième est le lien entre les experts en bibliothéconomie et les communes. Plus que le premier échelon du réseau, il a un aspect politique pour les bibliothèques et les communes. Il permet, et c’est rare, que les informations bibliothéconomiques ne soient pas , comme d’habitude, limitées à l’échange entre bibliothécaires, mais qu’elles soient diffusées dans un réseau non-bibliothécaire, pertinent d’un point de vue politique pour les bibliothèques .

Notes

[1] Le jour de Frédéric : manifestation baptisée ainsi d’après l’album pour la jeunesse de Leo Lionni Frédéric et qui relate l’histoire d’un souriceau poète. Site web : http://www.frederick.de



Commentez cet article


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Informations éditeur | Espace privé | SPIP