sdf La Bibliothèque districale du canton de Cuiseaux, ou l'intercommunalité au quotidien - ADBDP
logo
ASSOCIATION DES DIRECTEURS DE BIBLIOTHEQUES DEPARTEMENTALES DE PRET Dernier ajout – 17 juillet 2015.
Accueil du site > Journées d’étude > Les journées d’étude annuelles > Journée d’études 2000 : Bibliothèques départementales et développement (...) > La Bibliothèque districale du canton de Cuiseaux, ou l’intercommunalité au (...)

La Bibliothèque districale du canton de Cuiseaux, ou l’intercommunalité au quotidien

Mylène Pogrund, Bibliothécaire à la bibliothèque districale du canton de Cuiseaux (Saône-et-Loire)

publié le lundi 15 août 2005

impression

I. La répartition des tâches

1. Les responsables

Une visite hebdomadaire, sauf exception, est faite du centre de ressources (Cuiseaux) aux relais (Varennes et Frontenaud) afin de traiter les demandes particulières et de faire circuler l’information.

Toutes les tâches sont communes aux trois pôles, exception faite de la gestion des bénévoles : en ce domaine, chaque pôle organise de manière interne et indépendante ses relations responsable/bénévoles.

Cuiseaux et Frontenaud réunissent leurs bénévoles de manière exceptionnelle : en cas d’exposition par exemple. Varennes a choisi de faire des réunions trimestrielles avec son équipe, ce qui permet d’élaborer un planning précis des permanences au prêt, de mettre en place des projets en affinant la réflexion, et surtout, de fidéliser et de motiver l’équipe.

2. Les bénévoles

Elles sont au nombre de trois à Frontenaud, sept à Cuiseaux et huit à Varennes. Elles aident de manière différente selon le pôle, puisque chacun a mis en place sa propre organisation au sein de son équipe.

De manière générale, elles équipent les livres, aident à la logistique des expositions et animations, participent à la réflexion commune, viennent en librairie et à la BDP selon leur envie et leur disponibilité. Elles participent au choix des livres pour les clubs des aînés et y accompagnent la responsable. Elles sont toutes précieuses par leurs différents savoir-faire et leurs qualités humaines.

II. Le fonds

1. L’inventaire

Avant la création du district, les deux pôles existants (Cuiseaux et Varennes Saint Sauveur) avaient chacun leur inventaire propre. En cas de dissolution du district, les fonds respectifs restent propriété de la commune d’origine.

Depuis la création de la bibliothèque districale, l’inventaire du fonds est commun aux trois pôles, tant pour les dons que pour les acquisitions.

2. Le traitement du fonds

Les dons sont mis en commun et redistribués sur les trois sites selon les besoins, exception faite des ouvrages de fonds local, qui demeurent physiquement dans le pôle choisi par le donateur.

Les acquisitions sont effectuées en commun, qu’il s’agisse de se rendre en librairie ou d’accueillir des représentants. Cette présence tripartite aide à mieux cibler les acquisitions selon les demandes faites sur chacun des pôles, et à ouvrir les champs de réflexion sur les acquisitions. Ici, entre en jeu la sensibilité et les compétences de chacun dans le choix des ouvrages et leur critique.

Les achats sont ensuite laissés en attente chez le libraire, en vue de la signature du président du district. Dès la signature effective, l’une des responsables se rend chez le libraire pour récupérer les ouvrages qui sont alors répartis à parts égales entre les trois pôles. Les nouveautés "tournent" d’un pôle à l’autre de manière mensuelle ou bimensuelle selon les cas. Quand les nouveautés ont bien tourné sur les pôles, elles sont redistribuées aux clubs des aînés qui les gardent un mois.

3. A la BDP...

La bibliothèque districale se rend à la BDP deux fois dans l’année pour y changer entre six cents et huit cents livres chaque fois, selon un système alternatif fonds jeune / fonds adulte.

Comme pour les acquisitions, sont présentes à la BDP les trois responsables ainsi que les bénévoles qui le désirent. Nous nous répartissons les rayons afin d’éviter le choix de doublons.

Les livres sont acheminés par transporteur sur le centre de ressources, Cuiseaux en l’occurrence ; là, les responsables de Frontenaud et Varennes aident au partage à parts égales selon la classification Dewey et acheminent personnellement leur fonds respectif.

Les fiches des ouvrages sont classées puis recentralisées à Cuiseaux dans des fichiers au nom de chacun des pôles. En ce qui concerne les demandes particulières des lecteurs, nous nous concertons mutuellement et à défaut de pouvoir contenter le lecteur dans sa demande, nous effectuons alors et alors seulement, la demande à la BDP.

III. Les animations

1. Une sensibilité commune

Dans le cas d’une thématique commune, nous faisons "tourner" l’exposition ou l’animation sur les trois pôles. Un exemple : la littérature d’Europe, empruntée à la BDP. Pour cette exposition, le prêt étant limité à six semaines, nous avions décidé de partager l’exposition en choisissant de représenter chacune quelques pays et de nous charger respectivement de l’animation autour des pays choisis. En revanche, afin que les lecteurs soient informés de manière exhaustive, nous avons fait circuler une plaquette et des affichettes mentionnant le thème global de l’animation, le choix de chacun des sites et les horaires de visite sur les sites respectifs.

2. Une sensibilité particulière :

Dans ce cas là, chaque site choisit son "cheval de bataille" et mène le projet de bout en bout au sein de son équipe ; les autres pôles aident par le prêt de documents de leur fonds pour compléter la thématique. Le cas échéant, nous échangeons également nos contacts et nos savoir-faire mutuels.

Les variantes de fonctionnement sur les trois pôles : en animation, nous n’avons pas tous les mêmes priorités. Cuiseaux et Frontenaud gardent leurs expositions à demeure, tandis que Varennes fait également "tourner" ses thématiques sur les trois villages qu’il lui incombe d’animer. Une politique d’échange a été mise en place afin de pouvoir accueillir expositions et animations proposées dans un lieu public de la commune concernée : généralement la salle polyvalente. Ceci permet aux différents publics de mieux profiter de l’offre de lecture et d’animation. Cette démarche est particulièrement bien accueillie par les écoles, et par les publics éloignés ou empêchés.

Le budget animations : il est pour l’instant inexistant. Nous nous arrangeons donc avec les moyens du bord. Quand nous accueillons une exposition coûteuse ou créons une animation avec des intervenants extérieurs, nous faisons alors appel aux diverses associations des communes concernées qui bien souvent, acceptent d’offrir leur aide financière ou logistique selon le cas.

IV. L’informatisation

1. Sa mise en place

Avant de procéder à l’informatisation de la bibliothèque districale, nous avons visité plusieurs sites et vu plusieurs logiciels. Notre choix s’était porté initialement sur Agathe. Pour finir, les élus ont opté pour Microbib, logiciel d’informatisation des petites bibliothèques.

2. Une phase préparatoire : le désherbage

Il était impératif de désherber avant d’informatiser ; nous avons donc élaboré et présenté à la tutelle une charte de désherbage propre à la bibliothèque districale, charte élaborée selon des critères communs aux trois pôles, dans un souci de cohérence du fonds.

3. Son exploitation

Après quelques problèmes d’installation, l’informatisation (la saisie du fonds) a pu débuter au printemps 2000. Actuellement, le fonds et les lecteurs sont saisis mais la mise en réseau n’est toujours pas fonctionnelle. Le prêt informatisé devrait pouvoir démarrer au premier janvier 2001.

Epilogue

L’intercommunalité se porte bien à la bibliothèque districale du canton de Cuiseaux. Nous travaillons dans un esprit d’échange et de complémentarité. Néanmoins, comme il n’existe pas de fonctionnement idéal, quelques aspects restent à améliorer :

  • réunir de temps à autres l’équipe districale au complet, afin de définir une politique commune d’animation au sein de la bibliothèque. Ceci aurait certainement du poids auprès des élus pour défendre un budget en ce sens.
  • ouvrir les limites de l’intercommunalité afin de développer le réseau des partenaires.
  • définir un type d’action commune en vue de mieux desservir les structures mises en place sur le district : maisons de convalescence et maisons de retraite notamment.

Conclusion La structure est bien en place : elle couvre la totalité géographique du canton ; avec l’informatisation, elle tend à proposer par un réseau en lien avec un centre cyber-jeunes une offre documentaire importante ainsi que des services parallèles propres aux NTIC. Toutefois, la bibliothèque districale demande à présent à être affinée en vue de son évolution : 25% de lecteurs à court terme est envisageable compte tenu des efforts communs développés sur le canton-district rural de Cuiseaux pour "la défense et illustration" de la lecture publique.



Commentez cet article


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Informations éditeur | Espace privé | SPIP