sdf Les Pays de Mayenne - ADBDP
logo
ASSOCIATION DES DIRECTEURS DE BIBLIOTHEQUES DEPARTEMENTALES DE PRET Dernier ajout – 17 juillet 2015.
Accueil du site > Journées d’étude > Les journées d’étude annuelles > Journée d’études 2000 : Bibliothèques départementales et développement (...) > Les Pays de Mayenne

Les Pays de Mayenne

Silvie Dewulf, Directrice de la Bibliothèque départementale de prêt de la Mayenne

publié le lundi 15 août 2005

impression

1. Présentation succincte du département

  • département rural ;
  • faible densité au km2 : 53 habitants/km2 (à comparer avec la moyenne française qui est d’environ 100 h au km2), 285&nbsp000 habitants.
    • peu de communes supérieures à 3&nbsp000 habitants : 8 seulement, et 3 supérieures à 10&nbsp000 habitants
    • beaucoup de petites communes : 132 de moins de 500 habitants
  • mise en place d’une intercommunalité renforcée en 1992 par les États généraux lancés par Jean Arthuis, Président du Conseil général de la Mayenne, et par le dispositif des CRD (Contrats régionaux de développement).

2. Origine du Plan départemental de la lecture

  • Réflexion sur la difficulté de fonctionnement de la BD. ;
  • recrutement d’un nouveau conservateur, Mme Dewulf, avec pour mission un audit sur la situation de la lecture sur le département ;
    Étude de 1994 avec les constats suivants :
    • le manque de personnel qualifié et formé,
    • la multiplication de petits points de desserte inadaptés en matière d’horaires d’ouverture et d’offre de collections,
    • la dépendance des bibliothèques-relais envers la BDP pour l’offre documentaire,
      et en corollaire un taux de fréquentation très bas : 6 % sur l’ensemble du réseau.
  • proposition d’exploiter dans le domaine de la lecture les atouts d’un Plan Musique initié sur le département en 1993 qui portait ses fruits et avait pour principe fondamental l’intercommunalité.

3. Objectifs du Plan départemental de la lecture

a) d’un point de vue " lecture publique " :

  • élaborer une véritable politique de lecture publique en matière d’équipements, de formation et d’animation en s’appuyant sur la constitution d’un réseau de lecture publique au niveau des pays ;
  • permettre à un maximum de public de fréquenter une vraie bibliothèque qui concilie les missions de prêt, de travail sur place et d’animation culturelle ;
  • encourager les pratiques de partenariat entre bibliothèques ainsi qu’entre professionnels du livre et bénévoles (favoriser les pratiques de réseau documentaire).

b) d’un point de vue de la politique culturelle départementale :

  • mieux définir les compétences et clarifier les implications financières de chaque partenaire (Département, intercommunalité, commune, État et autres partenaires). Construire une politique de financements croisés en évitant les doublons entre ces partenaires
  • mener une véritable politique d’aménagement culturel du territoire départemental en vue d’éviter toute exclusion de population à l’accès de l’offre culturelle ; en cela rappeler la mission des BDP (reprise dans la Charte du Conseil National supérieur des bibliothèques, article 25) de développer la création des bibliothèques sur le territoire départemental ;
  • insérer les plans thématiques que sont le Plan Musique et le Plan Lecture dans un schéma global de développement culturel, comprenant aussi des conventions culturelles pluridisciplinaires à l’échelle des Pays pour assurer une cohérence culturelle sur le département et avoir un discours clair qui " passe bien " auprès des élus de terrain.

4. Mise en place du dispositif

  • Constitution d’un véritable maillage de bibliothèques composé de trois échelons différents, tenant compte de la taille et des besoins des communes.

La donnée initiale était de concilier deux critères apparemment contradictoires en matière de lecture publique :

  • d’une part l’attractivité en incitant la création des gros équipements visibles et attractifs,
  • d’autre part la proximité avec des équipements de taille plus petite et plus proche des populations, notamment celles peu familières avec la fréquentation d’une bibliothèque ou médiathèque.

Ces différents lieux de lecture fonctionneront en réseau, par l’intermédiaire d’un bibliothécaire intercommunal en liaison avec la Bibliothèque départementale de prêt.

  • Les bibliothèques appelées " têtes de réseau " ont vocation à assurer des missions supra communales. Ces bibliothèques attractives draîneront un large public y compris celui des communes environnantes et permettront une offre de lecture performante. En outre, de par leurs fonctions intercommunales, elles seront l’interlocuteur idéal des Points Lecture délocalisés des communes environnantes de petite taille ne possédant pas de bibliothèques-relais. Ces Bibliothèques seront en partie gérées par des professionnels du livre et de la lecture. Elles seront desservies en priorité par la Bibliothèque départementale de prêt, en tenant compte du nombre de points lecture associés.
  • Les bibliothèques-relais sont destinées à desservir les besoins de leur population communale.

Le Conseil Général de la Mayenne en a fixé les critères minimum de fonctionnement qui sont : un local à usage spécifique de bibliothèque d’une surface minimale, la gestion par une équipe de bénévoles formés par la BDP, une ouverture minimale de 4 heures/semaine répartie sur deux jours, un crédit propre pour l’achat de livres. Ces bibliothèques seront desservies par la Bibliothèque départementale de prêt, pour répondre aux besoins de la population locale.

  • Les Points Lecture sont créés dans les communes ne possédant pas de bibliothèques-relais et souhaitant mettre à disposition de publics ciblés une offre de lecture. Ces lieux de lecture publique sont en liaison directe avec les bibliothèques " têtes de réseau " qui auront pour mission de les desservir. Ces points lecture doivent tendre le plus possible vers les critères de fonctionnement de lecture publique, notamment l’usage exclusif de bibliothèque en vue d’améliorer de manière sensible les dépôts-mairie actuels.

5. Moyens

  • Des recrutements de professionnels du livre, recrutés par voie statutaire de la fonction publique territoriale à l’échelon du Pays à raison d’1 ou 2 postes par pays qui ont 3 missions :
    • - la gestion/responsabilité de certains équipements, notamment des " têtes de réseau " ;
    • - la coordination du réseau intercommunal de bibliothèques (au niveau des acquisitions, du traitement des documents, du soutien aux bénévoles et de l’animation) ;
    • - la médiation entre l’échelon intercommunal et l’échelon départemental.

Le profil de ces postes est établi à la fois en tenant compte des critères repris dans le plan départemental de développement de la lecture publique et la situation du réseau. Le parti pris initial du double rôle du professionnel a pu être appliqué jusqu’à présent : à la fois assurer sa rotation sur le territoire pour mettre en place et faire perdurer une politique de réseau et des relations entre chaque maillon ; mais aussi prévoir une assise sur le terrain en assurant la gestion en qualité de responsable d’une ou plusieurs têtes de réseau.

Ce principe initial a été retenu en tenant compte de l’expérience et des bilans de postes intercommunaux créés dans d’autres départements.

  • Un renforcement de la BDP dans son rôle de coordination départementale des réseaux de pays : mettre en place des politiques culturelles de Pays en accord avec les critères prônés par le département et l’État. (Prendre pour exemple la politique du Bocage Mayennais).

6. Dispositions financières et coûts

  • Partenariat avec l’État par la passation d’une convention bipartite pour aide aux postes sur les principes suivants :
Année Département Pays État Total

A1

40 %
60 000 F

20 %
30 000 F
40 %
60 000 F
150 000 F

A2

40 %
60 000 F
20 %
30 000 F
40 %
60 000 F
150 000 F

A3

60 %
90 000 F
40 %
60 000 F
  150 000 F

A4

50 %

75 000 F

50 %
75 000 F
  150 000 F

A5

40 %
60 000 F
60 %
90 000 F
  150 000 F

A6

20 %
30 000 F
80 %
120 000 F
  150 000 F

A7

100 %
150 000 F
    150 000 F
  • Renforcement de la BDP :
    • 3 poste supplémentaires (2 cadre B, 1 catégorie C) = environ 420&nbsp000&nbsp.F/an en fonctionnement ;
    • acquisition d’un véhicule pour création d’un service de navette légère = 160&nbsp000&nbsp.F en investissement.
  • Création échelonnée sur 12 ans de 16 postes de professionnels du Livre par l’intercommunalité avec incitation financière de l’État et du Département selon un accompagnement dégressif (État 40 % pendant 2 ans, Conseil général 40 % en moyenne pendant 6 ans), soit un total estimé à 6.465&nbsp000&nbsp.F pour le Conseil général.

7. Évaluation

Les conventions prévoient une évaluation de chaque poste aidé par le biais de commission d’évaluation composée des partenaires du dispositif : les bibliothécaires, la bibliothèque départementale de prêt, le conseiller du livre et de la lecture de la DRAC, les élus de la structure intercommunale et les élus des bibliothèques " têtes de réseau ". C’est au cours de ces séances que s’élaborent les politiques de réseau à l’échelle de pays. Par ailleurs, elles ont permis de décider la création de postes supplémentaires quand le temps du premier poste était jugé en surcharge.

Situation actuelle :

a) Carte des réseaux :

Voir la carte des pays avec les bibliothécaires intercommunaux.

10 bibliothécaires intercommunaux ont pris leurs fonctions.

  • sur le S.V.E.T. des Coëvrons :
    • 38 communes organisées en 3 Districts et 1 Communauté de Communes ;
    • 25 694 habitants : 1 bibliothécaire pour trois " têtes de réseau " et la coordination du réseau ;
    • prévu : recrutement d’un 2ème poste en 2001.
  • sur le Pays de Loiron :
    • 15 communes ;
    • 14&nbsp000 habitants ;
    • la bibliothécaire effectue des heures de gestion dans 4 bibliothèques " têtes de réseau ", et un travail de coordination sur le reste des communes ;
    • prévu : recrutement d’un 2ème poste en 2001.
  • Sur le Bocage mayennais :
    • 27 communes ;
    • 21&nbsp000 habitants ;

Depuis 2000, 2 bibliothécaires assurent chacune 10 à 12 heures/semaine dans 2 bibliothèques tête de réseau et la coordination du réseau. Une politique soutenue de développement de lecture a été mise en place en appui à la politique départementale : prise en charge des postes de bibliothécaires intercommunaux, aide aux postes d’agents de patrimoine communaux, aide incitative aux communes se dotant d’un crédit d’achat de livres reprenant le critère du CNL de 10&nbsp.F/habitant.

  • Sur le Pays de Château-Gontier :
    • 21 communes (dont 1 de plus de 10&nbsp000 habitants) ;
    • 26 528 habitants ;
    • le bibliothécaire effectue 6 heures de gestion dans 1 bibliothèque municipale, et un travail de coordination sur le reste des communes.
  • Sur le Pays du Haut Maine et Pail :
    • 40 communes ;
    • 24&nbsp000 habitants ;
    • 2 bibliothécaires assurent chacun la gestion d’une " tête de réseau " et la coordination du réseau.
  • Sur le Pays du Maine Angevin :
    • 24 communes ;
    • 12.300 habitants ;
    • 1 bibliothécaire assure la gestion d’une " tête de réseau " et la coordination du réseau.
  • F Sur le Pays de Mayenne :
    • 15 communes ;
    • 24&nbsp000 habitants ;
    • 1 bibliothécaire recrutée en 2000 pour la gestion du réseau intercommunal et un mi-temps consacré à la relation avec la " tête de réseau " possédant sa propre équipe, la commune ayant plus de 10&nbsp000 habitants.
  • Sur le Pays de l’Ernée :
    • 15 communes ;
    • 19&nbsp000 habitants ;
    • 1 bibliothécaire assure la gestion d’une " tête de réseau " et la coordination du réseau.
  • A la BDP :
    • 2 postes ont été créés à la BDP : 1 cadre B et 1 catégorie C pour les postes animation et mise en service de la navette dans la desserte des Pays.
    • Sur le réseau : &Enbsp;volution quantitative et qualitative des équipements + * De 2 bibliothèques municipales en 1994, on est passé à 18 municipales et têtes de réseau en 2000 ; * + De 38 bibliothèques-relais en 1994 : 59 en 2000 ; * + Diminution des dépôts mairies de 122 à 46.

b) Perspective 2001-2002 :

Recrutement d’un cadre A pour prendre en charge une partie des dossiers relatifs au Plan départemental en délégation du conservateur et mettre en place la programmation de la formation à destination des Pays en concertation avec les professionnels du terrain.

Réflexions

  • Problématique actuelle du découpage territorial avec la mise en place des Pays Voynet ;
  • Concilier l’aménagement du territoire actuel avec ses équipements et la mise en place d’une politique culturelle incitative à l’échelle du Pays ;
  • Constitution d’une politique documentaire ;
  • Formation des agents bénévoles ou salariés délocalisée plutôt que centralisée à la Bibliothèque départe-mentale de prêt. ;
  • Mise en réseau informatique des établissements.


Commentez cet article


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Informations éditeur | Espace privé | SPIP