sdf Culture bleue : une offre de lecture pour les personnes âgées en Ardèche - ADBDP
logo
ASSOCIATION DES DIRECTEURS DE BIBLIOTHEQUES DEPARTEMENTALES DE PRET Dernier ajout – 17 juillet 2015.
Accueil du site > Journées d’étude > Les journées d’étude annuelles > Journée d’études 1999 : Les politiques d’acquisition en BDP > Culture bleue : une offre de lecture pour les personnes âgées en (...)

Culture bleue : une offre de lecture pour les personnes âgées en Ardèche

Hélène Bouisset, Responsable du service Culture Bleue à la BDP de l’Ardèche

publié le lundi 15 août 2005

impression

Le service Culture bleue

Il s’agissait de concevoir et de fournir un ensemble de prestations culturelles adaptées aux besoins spécifiques de communication des personnes âgées, que celles-ci vivent à domicile ou en structure d’hébergement.

Cette notion est importante car elle désigne ici toute une partie de la population " empêchée " de lire par sa difficulté à être mobile et autonome.

Ce projet est parti d’un constat. Nous savons que les personnes du troisième âge sont des lecteurs passionnés qui fréquentent beaucoup les bibliothèques de nos communes ; pourtant arrivées à un certain âge, ces personnes disparaissent subitement des listes des inscrits. Pourquoi ?

Nous nous sommes rendus compte que cela correspondait généralement à une entrée en institution ou à une perte d’autonomie obligeant les personnes à ne pas quitter leur domicile ou encore à une perte d’autonomie de lecture (problèmes de vue...). Il fallait donc procéder à l’inverse d’une bibliothèque dont la mission est d’amener les personnes en son sein, et aller vers les personnes les plus démunies et les moins autonomes.

Un partenariat s’est donc engagé avec les services sociaux du département afin de trouver des financements et pénétrer le milieu des maisons de retraite.

Depuis, Culture Bleue installe dans les établissements de personnes âgées, des dessertes de bibliothèques spécialisées (350 documents env.) constituées de livres en gros caractères, de livres- cassettes, de beaux-livres, de vidéos, de disques-compacts... Qui plus est, le service apporte aussi une aide technique à la lecture, puisque le bibliobus mis à disposition est équipé de télé agrandisseurs (grossisseurs de caractères), et de casque audio permettant une lecture assistée en cas de perte de vue.

A chaque passage dans un établissement, le bus installe pour la journée : la matinée est réservée à l’échange des ouvrages et à la manipulation des grossisseurs de caractères, l’après-midi quant à elle est consacrée à des ateliers autour de la lecture, de mise en valeur du fonds.

Fonds de livres et acquisitions

Le service Culture Bleue bénéficie d’un budget d’acquisition conséquent. Ainsi, 350 000 F sont consacrés aux gros caractères, 170 000 F aux Beaux-livres, 90 000 F aux livres-cassettes et à la vidéo, les disques quant à eux étant fournis par le fonds discothèque de la BDP. Ce qui fait à peu près un total de 620 000 F d’acquisitions.

Pour ce qui est des gros caractères, le budget nous permet d’acquérir tous les titres qui paraissent sur le marché : Editions Corps 16, Feryane, Grand Caractère, V.D.B., Libra Diffusio, Chardon Bleu, A Vue d’oeil...

Pour ce qui est des Beaux-livres, les acquisitions sont différentes. Elles sont d’une importance capitale pour plusieurs raisons. La première, est que ces livres vont servir de support à l’animation. Nous verrons ultérieurement l’importance de celle-ci, mais d’ores et déjà, nous pouvons dire que c’est l’animation qui fait que la bibliothèque fonctionne, d’où l’importance des sélections en matière d’ouvrages.

Toutes les personnes âgées ne sachant pas lire, il faut attacher un soin particulier à l’achat de ces ouvrages. Il faut choisir des ouvrages d’excellente facture où l’iconographie prédomine.

A l’inverse certaines personnes de cette génération apprécient plus le documentaire que la fiction. Celles-ci sont très exigeantes quant aux livres documentaires qui leur sont proposés. Les thèmes dominantes les plus demandés sont ceux qui tournent autour de la mémoire et des traditions ; beaucoup apprécient aussi la peinture et les documentaires sur les voyages.

Une contrainte supplémentaire vient se greffer : les Beaux-livres ne doivent pas être trop lourds et difficiles à manipuler. Cela bien sûr ne facilitent pas les choix.

Et enfin, viennent les acquisitions qui sont nécessaires aux animations. Les ateliers servent à mettre en valeur le fonds de livres et à faire de la bibliothèque un lieu convivial où la personne âgée peut parler et recréer un lien social avec les autres et l’animatrice comme au temps où elle se rendait seule à la bibliothèque du village.

Pour redonner le désir de livres qu’ils ont souvent perdu en entrant en institution, les personnes âgées sont stimulées sensoriellement. Ces ateliers, outre l’aspect ludique de reconnaissance des saveurs, des odeurs (coffrets d’oenologues) permettent l’émergence de la mémoire des plaisirs du passé dans un autre univers de communication où les mots, le langage rationnel, sont de moindre importance (et donc moins dévalorisant pour celui qui sent sa mémoire lui échapper) et où l’on peut mettre les sens en éveil, se laisser aller à la rêverie et à la méditation.

Stimulés sensoriellement, les personnes âgées retrouvent par le plaisir une gymnastique intellectuelle qui participe à la prévention du vieillissement intellectuel et de la dépendance physique.

Dans les ateliers plusieurs supports sont utilisés. Ainsi, un atelier littéraire ayant pour thème les oiseaux, abordera grâce aux livres, les mythes, les légendes, le conte (oralité), les expressions du langage où les noms d’oiseaux sont utilisés. Une mise en scène de chants d’oiseaux accompagnera ces lectures. Ainsi, qui de l’alouette, de la fauvette ou du coucou sera reconnu ?

Ou peut-être que certains se souviendront du temps où ils gardaient les bêtes et savaient tous les chants mystérieux qui peuplent la campagne ; d’autres raconteront que les oiseaux ne chantent plus de la même façon...

Les histoires, les mythes, les ambiances sonores participent pour la personne âgée, à l’élaboration d’un espace privé dans un espace collectif.

C’est pourquoi le fonds de Beaux-livres doit être réalisé avec minutie : herbier, coffrets d’oenologue, théâtre, légendes, histoire, oiseaux, musique, vidéos...



Commentez cet article


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Informations éditeur | Espace privé | SPIP